Vous lisez actuellement
Pourquoi HyperNews ?

Pourquoi HyperNews ?

Cover noire hypernews

C’est un fait, l’information en ligne s’est imposée massivement dans les usages au cours de la dernière décennie. Et pourtant, dire qu’elle fait face à de nombreux défis serait un euphémisme. Modèle économique en mutation, défiance des lecteurs, mais aussi crise existentielle face à l’océan de contenus gratuits et amateurs qui pullulent sur le Web : on pourrait dresser une longue liste des maux du secteur, qui sont désormais bien connus.

Dans ce paysage à la fois anxiogène et stimulant, HyperNews ambitionne de mettre en valeur les bonnes pratiques et les innovations qui font avancer le secteur de l’information numérique. Ce site a été pensé comme une « boîte à idées » qui pourra nourrir les réflexions stratégiques des médias en ligne — qu’ils soient bien établis, plus modestes ou en cours de création.

L’expérience utilisateur comme boussole

HyperNews s’intéressa principalement à « l’expérience utilisateur » des médias en ligne, au sens large. Un terme aujourd’hui galvaudé et fourre-tout mais qui permettra d’aborder de multiples enjeux structurants : Comment l’information est-elle « consommée » ? Comment s’adapter aux nouveaux usages tout en préservant les idéaux journalistiques ? Comment fidéliser et faire payer les lecteurs ?

Pour répondre à toutes ces questions complexes, nous tenterons d’avoir un regard original et transverse, au carrefour entre stratégie éditoriale, design et marketing… Des champs d’expertise qui n’ont pas forcément l’habitude de dialoguer en bonne entente, mais dont la collaboration active semble aujourd’hui indispensable pour repenser un écosystème viable, qui répond aux usages et aux attentes des citoyens.

Par souci de clarté, nous n’aborderons pas directement les questions de ligne éditoriale — ce n’est pas le combat de ce site ! — mais réfléchirons plutôt à la façon dont on produit, met en scène et distribue l’information en ligne.

Face à des Google, Netflix ou Instagram — dont l’expérience est sans cesse plus sophistiquée et accrocheuse — les médias d’information peuvent sembler dépassés et incapables de suivre le rythme. C’est sûr, difficile de lutter face à de tels mastodontes. Les médias ont toutefois fait de grands progrès ces dernières années, en investissant de façon conséquente dans le développement des supports numériques.

Mais l’innovation numérique chez les médias semble encore trop souvent poussive ou peu créative. Le manque de moyens est évidemment en cause, mais pas seulement. On pourrait ainsi pointer une certaine inertie structurelle, un mimétisme face à la concurrence, ou même des stratégies opportunistes et hasardeuses.

Ces dernières années, les priorités ont souvent été dictées par les financements agités par les grandes plateformes américaines : souvenez-vous du fameux mantra « Pivot to video », alimenté par Facebook il y a quelques années et qui aura coûté dieu-sait-combien de postes de journalistes. Pendant ce temps, les usages des internautes continuent de changer à la vitesse de l’éclair, parfois sous le radar…

Il faut reconnaître aux médias qu’il n’est pas facile de s’y retrouver dans un paysage aussi changeant : faut-il courir après la next big thing ou plutôt privilégier son coeur de métier et solidifier ses bases ?

Une approche transverse

Longtemps, la presse écrite a été protégée par un monopole relatif sur l’information « fiable » (et certains services annexes), tout en étant maintenue à flot par une publicité abondante. Un âge d’or où l’on pouvait faire un peu ce que l’on voulait, sans forcément trop se préoccuper des lecteurs… Quand il s’agissait d’innover, on suivait souvent l’intuition de quelques-uns, et il était plutôt rare d’expérimenter à petite échelle avant de se lancer dans un gros projet. Un secret de polichinelle plutôt bien documenté dans ce livre de Jean Guisnel.

Cela ne semble plus vraiment possible aujourd’hui : cette façon d’innover n’est pas seulement datée, elle est risquée et inefficace. Aujourd’hui, la publicité est en chute libre et elle est évitée (à raison) par les utilisateurs. Pendant ce temps, la quasi-totalité des sites d’information semble se convertir à un modèle payant. Les lecteurs et les consommateurs d’info reviennent subitement au coeur du jeu, ce qui est en soi plutôt une bonne nouvelle. Reste à s’interroger sur leurs véritables besoins et attentes (pas forcément conscientes) et à se mettre en capacité de bousculer les vieilles habitudes…

HyperNews promeut une approche volontairement large et transverse qui s’imprègne du design thinking et du product management. Car, oui, un média est bel et bien un « produit », même si cette notion suscite encore parfois des incompréhensions. Les médias ont d’ailleurs toujours été des produits — longtemps sous la forme d’un journal papier, et désormais sous une multiplicité de supports numériques. Un produit qui mérite une stratégie sérieuse, une compréhension fine de ses utilisateurs…

Ce n’est toutefois pas un produit comme les autres : on ne vend pas un média comme on vend des chaussures. Pour faire un bon média en 2020, il faut certes des nouvelles compétences mais il ne faut pas perdre de vue la raison d’être des entreprises de presse. C’est de la rencontre entre ces deux mondes que naissent les meilleures idées pour faire avancer le secteur. Ce sont ces idées qu’HyperNews tentera de relayer, à travers des exemples issus de médias du monde entier.

Des idées mais pas de solution miracle

Parmi les quatre rubriques introductives du site, une sera consacrée à la notion de « confiance » — un enjeu majeur puisque certains publics s’éloignent durablement des médias et embrassent une désinformation de plus en plus abondante et sophistiquée.

HyperNews ne proposera guère de solution miracle à ce problème complexe de la défiance envers les médias, dont le principaux points de friction restent la ligne éditoriale, l’actionnariat, et la proximité perçue avec les pouvoirs politiques et économiques des dits médias. Nous relayerons toutefois un certain nombre de pistes stratégiques susceptibles de faire bouger quelques lignes, et de redonner des gages de confiance envers le public.

Voilà pour cet ambitieux programme, et bonne lecture sur HyperNews !

Inscrivez-vous à la newsletter pour ne pas rater les futurs articles, et n’hésitez pas à partager vos feedbacks sur Twitter ou par email.

Afficher les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

Retour en haut