Vous lisez actuellement
5 besoins auxquels les médias en ligne pourraient mieux répondre

5 besoins auxquels les médias en ligne pourraient mieux répondre

Les sites d’info sont généralement très bons pour publier des articles. Un titre, un chapô, un corps de texte : voilà souvent l’alpha et l’omega des médias en ligne, surtout lorsqu’ils sont issus de la presse écrite. Ca se gâte légèrement quand il s’agit de sortir de ce format très codifié. Peu s’aventurent hors des clous, pour repenser la façon dont ils mettent en forme leurs informations.

Certes, les sites d’information ont vu émerger quelques innovations ces dix dernières années — comme les « lives », ces flux chronologiques mis à jour en temps réel, qui font écho au traitement des chaînes d’info en continu. L’audiovisuel n’est pas en reste avec le boom des formats vidéo ou audio, souvent rattachés à des articles ou alors à consommer sur des plateformes externes. Car l’essentiel des nouvelles « écritures » se concentrent principalement… hors des sites d’information : sur les réseaux sociaux où chacun tente de s’adapter, plus ou moins timidement, à une nouvelle grammaire visuelle.

« Oui, et alors ? », me direz-vous. Le problème est que cette habitude journalistique bride la créativité éditoriale des rédactions à l’heure du numérique. Elle se double d’une rigidité technique, car la plupart des systèmes de publication utilisés par les rédactions sont articulés autour de l’unique format « article ».

Pourtant, à l’heure du web, les possibilités semblent infinies… On se pince à regarder la forme très figée de beaucoup de sites d’information, qui n’ont pas vraiment fait évoluer le coeur de leurs produits depuis une quinzaine d’années — au-delà des ravalements de façade réguliers. L’argent manque, évidemment…

Mais quand on creuse un peu, on se rend vite compte que l’argent n’explique pas tout. Les médias ont du mal à renouveler leur expérience numérique en pensant à leurs « utilisateurs » finaux — en bref, les citoyens qui viennent s’informer chez eux. Car oui, il en reste encore (beaucoup).

À travers l’histoire, le journalisme a toujours été à la pointe des possibilités technologiques, s’emparant successivement de l’imprimerie, de la radio puis de la télévision… A chaque fois, des innovateurs ont su créer des « produits » utiles, souvent divertissants, qui répondaient à des changements sociétaux (l’alphabétisation, l’urbanisation, la mondialisation…) et parvenaient à s’insérer dans les habitudes de vie.

Aujourd’hui, on semble avoir perdu de vue le contexte dans lequel les citoyens s’informent. Nous connaissons des évolutions aussi radicales que l’accélération du temps médiatique, l’infobésité, l’essor des fake news et des micro-polémiques incessantes, la compression constante du temps d’attention disponible. Tous ces phénomènes sont aujourd’hui bien documentés mais les médias numériques s’en emparent encore trop lentement. Dans le même temps, ils se murent derrière des paywalls, continuent de publier des dizaines d’articles par jour, et éparpillent leurs forces plutôt que de se regrouper — autant d’évolutions qui semblent aujourd’hui naturelles mais peuvent paraître à côté de la plaque si on dézoome un peu.

Pas besoin d’aller bien loin pour se rendre compte des lacunes des médias en ligne dans leur mission d’information du public. Il suffit de se pencher sur les « besoins » des citoyens en matière d’information, en s’inspirant des méthodes de design « orientées utilisateur ». On trouve alors facilement des scénarios communs, auxquels nous pouvons tous être confrontés en tant que « consommateur d’info » en ligne, et auxquels l’offre médiatique numérique peut sembler en-deça de ses capacités.

Pour y répondre, il faut mobiliser une réflexion éditoriale, mais aussi design, technique et marketing. C’est un enjeu existentiel : rendre service aux citoyens pour ne pas qu’ils détournent encore davantage le regard de l’info de qualité…


Pour ouvrir la discussion, j’ai identifié cinq « besoins » qui me semblent particulièrement sous-exploités par les médias d’information numériques. Je développerai certains de ces besoins, à travers des études de cas, au fil des prochaines semaines. Bonne nouvelle : ces besoins sont rarement nouveaux, mais plutôt exacerbés par un monde toujours plus complexe et rapide.

Nous sommes assaillis par de l’info en continu et de longs articles : c’est très bien mais a-t-on seulement pensé à l’immense majorité des internautes… qui a peu de temps disponible pour s’informer au quotidien ?

Que fait-on quand on a décroché pendant quelques temps de l’actu — ce qui est honnêtement recommandable dans la période actuelle ?

Internet est la quintessence de l’instantanéité. Mais quand il s’agit de couvrir une info majeure qui évolue en continu, ce tropisme vers le temps réel peut noyer les internautes dans un flot d’informations difficile à suivre.

  • Besoin #4 : Suivre un sujet sur le long terme

L’info généraliste est sont souvent articulée autour de grandes rubriques (fixes) mais aussi à travers des micro-séquences d’actualité (très éphémères). En dehors, il est assez difficile pour les lecteurs de suivre des sujets de moyen et long-terme. C’est d’autant plus vrai pour les grands sujets de société qui comptent, et qui sont écrasés par le cycle incessant de l’actualité (hello, le changement climatique !)

  • Besoin #5 : Suivre l’actualité d’une personne ou d’une organisation

Les médias parlent à longueur de journée de personnnalités publiques, d’entreprises… Et pourtant on peut rarement suivre ou retrouver facilement les actualités précises de l’une d’elles. Coup double : on imagine que cela ne serait pas idiot en terme de SEO…


Petite précision méthodologique : je n’ai pas réalisé d’enquête ou d’étude utilisateur pour les besoins de cette série d’articles, ce qui serait très utile tant les médias en ligne ont des publics divers, variés, et des usages complexes. Ce serait d’ailleurs le fondement de toute bonne démarche « centrée utilisateur ».

En l’absence d’un public précis à étudier, tout repose donc sur des intuitions et ma simple expérience de « consommateur » d’information, d’ « utilisateur » de médias en ligne. C’est tout à fait imparfait et non exhaustif, mais c’est un début qui ouvrira — je l’espère — des perspectives de réflexion.

Afficher les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

Retour en haut